Carleton, la mer et Moïse… Alain Gagnon

9 février 2017

Propos sur l’oubli de soi… chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

Les paysages sont des escabeaux sur lesquels s’arcboute l’esprit pour hausser ce vivant au-delà de lui-même.  Toute identification ne peut être qu’adjuvant temporaire.  Carleton et la mer me sont moins nécessaires.  Mais l’air y est toujours aussi doux au soir et les vagues une musique qui rend insatiable.

*

Par la musique nous avons la capacité de penser au-delà du moi quotidien, au-delà des dieux, au-delà de ce que les dieux auraient voulu que nous pensions, que nous sachions.

*

Beaucoup sont dans la situation de Moïse.  Du haut d’une colline, de loin, on lui a montré la Terre promise. Mais on ne lui a pas permis d’y entrer.  De même, nous pressentons au cœur du soi le Réel.  Nous l’effleurons, le courtisons.  Bien peu s’y fondent dès cette vie.

*

Tu croyais tuer le temps par de si nombreuses activités, de si nombreux projets.  Un si grand activisme…  Et c’est le temps qui a tué ce que tu croyais être toi.


Dieu, Jésus et les dieux…, un texte d’Alain Gagnon

5 décembre 2016

Propos sur l’oubli de soi…

 

 

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

 

 

Ce dieu de l’Ancien Testament dont la voix s’entremêle à celle du Dieu Esprit, ce dieu mégalomane et ses démons ont sévi d’abondance dans l’histoire de la Terre.  Les mythes racontent leurs exploits et méfaits.

*

Au royaume du dieu menteur, Jésus le Nazaréen est venu ouvrir une succursale spirituelle, une colonie de la Vérité sur terre.

*

Le néo-monisme du matérialisme voudrait tout expliquer.  En vain.  Malgré ses exploits dans la sphère sensible, il n’y arrivera jamais.  Ses outils, quoique techniquement admirables, demeureront toujours en deçà de cette tâche : décrire le qualitatif, ce qui s’expérimente par l’intuition supérieure, le supra-moi, ne se définit que par métaphores ou musiques.


Dieu, Jésus et les dieux…

27 octobre 2016

Propos sur l’oubli de soi…

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Ce dieu de l’Ancien Testament dont la voix s’entremêle à celle du Dieu Esprit, ce dieu mégalomane et ses démons ont sévi d’abondance dans l’histoire de la Terre.  Les mythes racontent leurs exploits et méfaits.

*

Au royaume du dieu menteur, Jésus le Nazaréen est venu ouvrir une succursale spirituelle, une colonie de la Vérité sur terre.

*

Le néo-monisme du matérialisme voudrait tout expliquer.  En vain.  Malgré ses exploits dans la sphère sensible, il n’y arrivera jamais.  Ses outils, quoique techniquement admirables, demeureront toujours en deçà de cette tâche : décrire le qualitatif, ce qui s’expérimente par l’intuition supérieure, le supra-moi, ne se définit que par métaphores ou musiques.

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon  alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecdu Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet).  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).


Rétrospective : Les Pâques du Dieu Inconnu

27 mars 2016

Pâques !

Je voudrais souhaiter Joyeuses Pâques à tous, en faisant référence au Dieu Inconnu.  Celui dont parle Paul de Tarse dans Gestes d’envoyés, 17, 22-25 (Bible Chouraki) : 22. « Debout, Paulos, au milieu de l’Aréopage, dit : « Hommes d’Athènes !  En tout, je vous vois comme les plus religieux.  23. Oui, en passant et considérant vos monuments religieux, j’ai trouvé même un autel sur lequel il était écrit : ‹ Au Dieu inconnu. ›  Celui que vous servez donc sans le connaître, celui-là, moi, je vous l’annonce. 24. Le Dieu qui a fait l’univers et tout ce qui s’y trouve, étant le maître du ciel et de la terre, n’habite pas les temples faits de mains d’hommes. 25. Les mains de l’homme ne le servent pas non plus, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous vie, haleine et tout. »

Ce Dieu domine les dieux.  Il ne souhaite ni esclavage ni sacrifices, et ne pousse les humains ni aux carnages et  ni au fanatisme.  Il est Celui qui, par la gravité spirituelle, rehausse les individus et les communautés .



Carleton, la mer et Moïse…

13 février 2016

Propos sur l’oubli de soi…

 

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Les paysages sont des escabeaux sur lesquels s’arcboute l’esprit pour hausser ce vivant au-delà de lui-même.  Toute identification ne peut être qu’adjuvant temporaire.  Carleton et la mer me sont moins nécessaires.  Mais l’air y est toujours aussi doux au soir et les vagues une musique qui rend insatiable.

*

Par la musique nous avons la capacité de penser au-delà du moi quotidien, au-delà des dieux, au-delà de ce que les dieux auraient voulu que nous pensions, que nous sachions.

*

Beaucoup sont dans la situation de Moïse.  Du haut d’une colline, de loin, on lui a montré la Terre promise. Mais on ne lui a pas permis d’y entrer.  De même, nous pressentons au cœur du soi le Réel.  Nous l’effleurons, le courtisons.  Bien peu s’y fondent dès cette vie.

*

Tu croyais tuer le temps par de si nombreuses activités, de si nombreux projets.  Un si grand activisme…  Et c’est le temps qui a tué ce que tu croyais être toi.

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon du Livre dualain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998). Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013). Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011). En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010). Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet). On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL. De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue. Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


En librairie : Fantômes d’étoiles, un nouvel essai d’Alain Gagnon…

20 avril 2015

Fantômes d’étoiles (Essai sur l’oubli de soi)

chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

En réalité, nous voyons des fantômes d’étoiles.  Elles scintillent à l’endroit où elles étaient, il y a des millions d’années ou plus.  En fait, nous les admirons là où elles ne sont plus.

Il en est de même du transcendant – ce qui dépasse notre ordre naturel de perception. Nous ne possédons pas l’équipement mental nécessaire à son appréhension certaine, qui convaincrait jusqu’au dernier humain. Nous tâtonnons, trébuchons comme l’Ermite de la neuvième lame du Tarot, qui porte ce nom. On y aperçoit un homme habillé de bure, qui cherche, lanterne en main.

Il ne doute pas que l’objet de sa quête existe.  Quant à trouver ?  Et dans quelles conditions ?

Perplexité et scepticisme marquent ses traits.  Une spiritualité en marge des institutions religieuses.  Une spiritualité axée sur la recherche patiente et la découverte parfois fulgurante de la transcendance.

Ce livre s’adresse à toute personne en quête de sens et de vérités fondamentales sur l’existence humaine.

 L’auteur

L’oeuvre d’Alain Gagnon, qu’il s’agisse de romans, de poèmes, de nouvelles ou d’essais, est majoritairement tournée vers la spiritualité et les réalités extradimensionnelles.  Dans ce livre, l’auteur nous présente une synthèse à la fois simple (sur le ton de la conversation) et étoffée de ses expériences et des conséquences qu’il en a tirées. Auteur prolifique, ce livre est son 37e et le 2e publié chez Marcel Broquet. (Le bal des dieux – 2011).


Dires et écritures, par Alain Gagnon…

9 octobre 2014

 De l’écriture et de Dieu…

 (Brèves proses tirées de L’espace de la musique, Éd. Triptyque)

 

Chat Qui Louche maykan alain gagnonLes néons et les soleils morts des bûches rougiront le tracé du stylo dans la chair ivoire du papier – et les grains du texte chauds avalent l’encre et colorent tout souvenir de sépia.

*

 

Ils sont tous là, ceux qui s’appellent les autres et dont les yeux boivent votre vie pendant que, penché, vous vous écrivez et souhaitez battre de textes la mort.

*

 

Dieu était partout – où il est demeuré d’ailleurs : dans l’espace de la musique, celle que toute oreille a entendue – avant d’avoir un nom à soi, avant qu’on nomme même la musique, dans la plus pure réminiscence.

 Ces airs que les enfants reprennent dans la tiédeur des parcs au soir. S’y glissent entre les notes la souplesse et la vivacité des fées que la lumière des couchants éveille, et l’haleine chaude des forges retenues de juillet.

 Dieu, c’est le vent, dans l’espace de la musique ; celle qui chante et sait relier en sa caresse uniforme.

*

 

La seule façon de donner cohérence, un semblant de limpidité à ses rencontres avec le texte, c’est la reconnaissance de Dieu, de la transcendance en soi, au plus intime. Pas l’un de ces démons criminels, demi-fous et foudres de guerre, qui hantent plusieurs textes sacrés, mais le Dieu du silence, celui de la fidélité quiète à sa créature. Celui qui rehausse, synthétise, résume, accorde sens à l’esthétique — et à son éthique.

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon chat qui louche maykan alain gagnondu Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet).  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Propos pour Jacob (essai) d'Alain Gagnon: une critique d'Yvon Paré

29 août 2014

 

Alain Gagnon lègue ses questions à Jacob

Yvon Paré

Voilà un livre qui ressasse beaucoup plus de questions qu’il ne fournit de certitudes. Il est plutôt rare qu’un contemporain tente de tisser des liens entre la pensée de maintenant et des réflexions qui ont porté la civilisation occidentale.

Alain Gagnon est de cette race de jongleurs qui restent fidèles à eux-mêmes sans se soucier des modes et des croyances. C’est rassurant, pour ne pas dire nécessaire de pouvoir lire ce genre d’ouvrage qu’on ne retrouvera certainement pas dans le palmarès des ventes. Il ne sera pas non plus l’un des invités de « Tout le monde en parle ». Ce sont des écrits qui sont là pour durer et qui résistent à l’éphémère. Le genre de livre qui peut vous accompagner pendant toute une vie.

Testament

Alain Gagnon, dans « Propos pour Jacob », s’adresse à son petit-fils. Il lui lègue, dans une sorte de testament intellectuel ce qu’il a de plus précieux. Avec trente-quatre publications, cet écrivain peut être considéré comme riche de mots et de phrases. Il s’attarde à des questionnements qui ont marqué sa vie de lecteur et d’écrivain.

« À ma mort, je ne te laisserai rien ou si peu. Je serai pauvre. Par paresse, manque de discipline, insouciance et aptitude aux plaisirs, mes comptes en banque seront vides ou presque. Cet ouvrage te tiendra lieu de legs. Ne sois pas trop déçu. Je t’ai aimé comme personne, et j’espère me faire pardonner en t’offrant ce qui m’est le plus cher : sur quelques pages, ces intuitions puisées dans l’héritage commun et en moi-même, parfois. Si tu en tires quelque profit, je serai moins mort, et tu seras peut-être un peu plus vivant. » (P. 9)

L’entreprise s’avère noble et intéressante. Le lecteur trouvera peut-être pourquoi cet écrivain a signé autant de livres, exploré l’essai, la poésie, le roman et le récit.

Les lectures

Propos pour Jacob

Des sujets, des questions ont suivi Alain Gagnon sans qu’il ne trouve de réponses définitives.

« Je tenterai d’expliquer ce qui toujours me dépasse. Je le saisis pleinement. Je ne me sous-estime pas, mais je connais l’ampleur du sujet, tout comme celle de mes insuffisances. Je m’avancerai donc à tâtons, à pas prudents de loup… » (P.9)

Qu’est-ce qui hante l’écrivain, l’homme, le père et le grand-père ? On pourrait résumer simplement : qui sommes-nous, pourquoi vivons-nous et où allons-nous ? Est-ce que la vie a un sens, où se situe l’homme dans cet univers immense ?

L’écrivain n’est pas de ceux qui se forcent à assister aux rituels et aux cérémonies liturgiques même s’il est croyant. Il parle plutôt d’une forme d’immanence, de Dieu qui est la source et l’aboutissement de tout. Il n’est certain de rien, mais il fait le pari de croire.

« À mon avis, le seul fait que l’humain soit en quête d’un univers plus éthique, prouve une source de l’éthique (Dieu) ; tout comme le seul fait que l’humain souhaite l’immortalité, incline à croire à sa propre immortalité, présente ou future. Il ne saurait désirer ce qu’il ne peut atteindre, comme individu ou espèce. » (P. 24)

Ces conclusions sembleront bien minces à l’athée ou à l’irréductible sceptique.

L

Les maîtres

Alain Gagnon revient à des penseurs qui l’ont accompagné toute sa vie. Marc-Aurèle entre autres.

« J’ai privilégié l’empereur, non pour m’attirer ses faveurs, il est mort ; mais plutôt parce que j’aime sa concision et, surtout, j’ai entretenu avec lui de longues fréquentations. Il n’a jamais quitté mon chevet. J’ai en main son ouvrage « Pensées pour moi-même » dans une traduction de Meunier, acheté la première année de mon mariage avec ta grand-mère. J’étais encore étudiant. » (P. 31)

Il y a plusieurs de ces magisters qui l’accompagnent depuis toujours. Maître Eckhart, François Villon, Aurobindo, Teilhard de Chardin et bien d’autres. Il ne manque pas non plus de secouer certains de ses ouvrages : « Lélie ou la vie horizontale », « Thomas K » et « Kassauan ». On retrouve là la fibre qui porte l’entreprise d’écriture riche et diversifiée de cet écrivain. Il se fait compagnon de Jean Désy qui s’attarde aux mêmes questions dans « Âme, foi et poésie ». La réflexion d’un homme, d’un écrivain qui sent le besoin de regarder derrière soi pour mieux entreprendre le reste de la traversée.

« Propos pour Jacob » d’Alain Gagnon est publié à la Grenouille bleue.

Yvon Paré, Progrès-Dimanche, 21 mars 2010

 

 

 


Libre arbitre et foi, par Alain Gagnon…« 

17 mai 2014

Propos sur l’oubli de soi…

Ceux qui dénoncent comme fabulation la reconnaissance chez l’humain d’une volonté  libre et responsable, le font à partir de leur propre libre arbitre !  C’est à partir de leur volonté propre qu’ils se refusent, à eux-mêmes et aux autres, une capacité à transcender les contingences, les conditionnements. Ils évacuent la sur-nature de leur sphère personnelle souvent par détestation d’eux-mêmes et de leur espèce, ou par crainte de se laisser flouer, de ne pas se montrer assez malins – ou par peur panique de ne pas être assez tendance pour plaire…

*

Les dieux font problème.

Dieu ne fait pas problème.  Il est solution.

*

D’après les athées (neurosciences), nos cerveaux auraient été câblés pour ressentir le besoin de Dieu.  Qui nous aurait (auraient) câblés ainsi ?  Ils possèdent la réponse  : les forces de l’évolution.  Les croyants se seraient multipliés plus que les autres.  Croire en Dieu (ou en des dieux) rendait plus sociable, plus confiant, donnait un but à l’existence…  Bref, c’était utile à la survie.

Être un chasseur habile était aussi utile à la survie ; cela ne démontre en rien la non-existence de la chasse et de la prédation.  La chasse n’en demeure pas moins une réalité.  De même pour la sexualité, et la reproduction qui en est conséquente.


Dieu, dieux et démons, par Alain Gagnon…« `

15 mai 2014

Propos sur l’oubli de soi…

Entre nous et le soi, il y a les démons ou les dieux.

Entre nous et Dieu, il y a encore les dieux.

*

Le Suprême inspire et aspire les communautés humaines vers le haut – amour et liberté.  Tout comme le fragment du Suprême en soi aspire l’individu vers sa divinisation.

*

Ils disaient : — Telle est la volonté de Dieu.  Mais ils l’ignoraient. C’étaient leurs volontés, leurs habitudes, leurs caprices.  Et les gens obéissaient.  Puis détestaient Dieu.

*

Aller quérir le soi, derrière les peurs, derrière ses fausses certitudes, ses vanités.  Derrière la Peur.

*

Le péché, selon les Grecs, ce serait de céder aux dieux.  Au lieu de céder à soi, ce qui correspondrait à la grâce des chrétiens.


Propos sur l’oubli de soi…(19) : Libre arbitre et foi… »

14 février 2014

Propos sur l’oubli de soi…

Ceux qui dénoncent comme fabulation la reconnaissance chez l’humain d’une volonté  libre et responsable, le font à partir de leur propre libre arbitre !  C’est à partir de leur volonté propre qu’ils se refusent, à eux-mêmes et aux autres, une capacité à transcender les contingences, les conditionnements. Ils évacuent la sur-nature de leur sphère personnelle souvent par détestation d’eux-mêmes et de leur espèce, ou par crainte de se laisser flouer, de ne pas se montrer assez malins – ou par peur panique de ne pas être assez tendance pour plaire…

*

Les dieux font problème.

Dieu ne fait pas problème.  Il est solution.

*

D’après les athées (neurosciences), nos cerveaux auraient été câblés pour ressentir le besoin de Dieu.  Qui nous aurait (auraient) câblés ainsi ?  Ils possèdent la réponse  : les forces de l’évolution.  Les croyants se seraient multipliés plus que les autres.  Croire en Dieu (ou en des dieux) rendait plus sociable, plus confiant, donnait un but à l’existence…  Bref, c’était utile à la survie.

Être un chasseur habile était aussi utile à la survie ; cela ne démontre en rien la non-existence de la chasse et de la prédation.  La chasse n’en demeure pas moins une réalité.  De même pour la sexualité, et la reproduction qui en est conséquente.

L’AUTEUR…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon du Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet).  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Dieu, dieux et démons… » » »

11 février 2014

Propos sur l’oubli de soi…

Entre nous et le soi, il y a les démons ou les dieux.

Entre nous et Dieu, il y a encore les dieux.

*

Le Suprême inspire et aspire les communautés humaines vers le haut – amour et liberté.  Tout comme le fragment du Suprême en soi aspire l’individu vers sa divinisation.

*

Ils disaient : — Telle est la volonté de Dieu.  Mais ils l’ignoraient. C’étaient leurs volontés, leurs habitudes, leurs caprices.  Et les gens obéissaient.  Puis détestaient Dieu.

*

Aller quérir le soi, derrière les peurs, derrière ses fausses certitudes, ses vanités.  Derrière la Peur.

*

Le péché, selon les Grecs, ce serait de céder aux dieux.  Au lieu de céder à soi, ce qui correspondrait à la grâce des chrétiens.

L’AUTEUR…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon du Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet).  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).


Rétrospective : Propos pour Jacob d’Alain Gagnon remporte le Prix…

3 février 2013

Pour son essai, Propos pour Jacob, Alain Gagnon remporte le Prix Intérêt général du Salon du Livre–SLSJ 2011…

Ci-dessous le communiqué du Salon et les commentaires du jury :

Saguenay, le 21 septembre 2011 – Toute l’équipe du Salon du livre dévoile aujourd’hui le lauréat du Prix Intérêt général 2011 du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Après délibérations sur les œuvres admissibles au Prix littéraire Intérêt général, le jury a retenu comme lauréat Alain Gagnon avec Propos pour Jacob, essai publié aux Éditions de La Grenouillère.

Commentaires du jury :

« Énoncées dans une langue étoffée et exquise, les pensées philosophiques d’Alain Gagnon foisonnent de références et de questionnements qui stimulent la conscience. Sous forme de lègue à son petit-fils, l’auteur conçoit son livre comme un héritage intellectuel et humain. Il réfléchit à des sujets qui le dépassent et l’interpellent : les religions, les mythes, l’origine de l’espèce humaine, l’éthique, la beauté, le pluriel et la destinée. Prenantes et captivantes, ses observations visent la transcendance. Ses remarques rigoureuses, puisées à la source du savoir universel, exhortent les lecteurs à la même rigueur. Les notions abordées sont partagées de façon à éveiller l’esprit critique. On devine la volonté d’outrepasser les évidences trompeuses, les présupposés, les mirages de l’esprit et les préceptes qui sont offerts aux gens comme des dogmes. Ce livre gagne à être lu et relu pour bien en intégrer la signification et la portée. Il s’agit d’un essai profond qui mérite d’être passé au crible, surligné, annoté. Propos pour Jacob bouscule, déstabilise et modifie les paysages intérieurs pour façonner une géographie idéologique aux frontières élargies. »

 Ne manquez pas d’assister à la soirée de remise des prix qui aura lieu le jeudi 29 septembre 2011, lors de la Cérémonie d’ouverture officielle de la 47e édition du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Les lauréats du Prix Découverte et du Prix des Lecteurs y seront dévoilés.

Ce qu’écrivait Yvon Paré du même essai dans le Progrès-Dimanche du 21 mars 2010 :

Alain Gagnon se confie à son petit-fils

Voilà un livre qui ressasse beaucoup plus de questions qu’il ne fournit de certitudes. Il est plutôt rare qu’un contemporain tente de tisser des liens entre la pensée de maintenant et des réflexions qui ont porté la civilisation occidentale.Alain Gagnon est de cette race de jongleurs qui restent fidèles à eux-mêmes sans se soucier des modes et des croyances. C’est rassurant, pour ne pas dire nécessaire de pouvoir lire ce genre d’ouvrage qu’on ne retrouvera certainement pas dans le palmarès des ventes. Il ne sera pas non plus l’un des invités de «Tout le monde en parle». Les écrits de cet écrivain sont là pour durer et résister à l’éphémère. Le genre de livre qui peut vous accompagner pendant toute une vie.
Testament
Alain Gagnon, dans «Propos pour Jakob», dans une sorte de testament intellectuel, lègue à son petit-fils ce qu’il a de plus précieux. Avec trente-quatre publications, cet écrivain est riche de mots et de phrases. Ici, il s’attarde à des questionnements qui ont marqué sa vie de lecteur et d’écrivain.
«À ma mort, je ne te laisserai rien ou si peu. Je serai pauvre. Par paresse, manque de discipline, insouciance et aptitude aux plaisirs, mes comptes en banque seront vides ou presque. Cet ouvrage te tiendra lieu de legs. Ne sois pas trop déçu. Je t’ai aimé comme personne, et j’espère me faire pardonner en t’offrant ce qui m’est le plus cher : sur quelques pages, ces intuitions puisées dans l’héritage commun et en moi-même, parfois. Si tu en tires quelque profit, je serai moins mort, et tu seras peut-être un peu plus vivant.» (p.9)
L’entreprise s’avère noble et intéressante. Le lecteur trouvera peut-être pourquoi cet écrivain a tant écrit, exploré l’essai, la poésie, le roman et le récit.
Les lectures
Des sujets, des questions ont suivi Alain Gagnon sans qu’il ne trouve de réponses définitives.
«Je tenterai d’expliquer ce qui toujours me dépasse. Je le saisis pleinement. Je ne me sous-estime pas, mais je connais l’ampleur du sujet, tout comme celle de mes insuffisances. Je m’avancerai donc à tâtons, à pas prudents de loup…» (p.9)
Qu’est-ce qui hante l’écrivain, l’homme, le père et le grand-père ? On pourrait résumer simplement : qui sommes-nous, pourquoi vivons-nous et où allons-nous ? Est-ce que la vie a un sens et où se situe l’homme dans cet univers affolant?
L’écrivain n’est pas de ceux qui se forcent à assister aux rituels et aux cérémonies liturgiques même s’il est croyant. Il parle plutôt d’une forme d’immanence, de Dieu qui est la source et l’aboutissement de tout. Certain de rien, il fait le pari de croire.
«À mon avis, le seul fait que l’humain soit en quête d’un univers plus éthique, prouve une source de l’éthique (Dieu) ; tout comme le seul fait que l’humain souhaite l’immortalité, incline à croire à sa propre immortalité, présente ou future. Il ne saurait désirer ce qu’il ne peut atteindre, comme individu ou espèce.» (p. 24)
Ces conclusions sembleront bien minces à l’athée ou à l’irréductible sceptique.
Les maîtres
Alain Gagnon revient à des penseurs qui l’ont accompagné toute sa vie. Marc-Aurèle entre autres.
«J’ai privilégié l’empereur, non pour m’attirer ses faveurs, il est mort ; mais plutôt parce que j’aime sa concision et, surtout, j’ai entretenu avec lui de longues fréquentations. Il n’a jamais quitté mon chevet. J’ai en main son ouvrage « Pensées pour moi-même » dans une traduction de Meunier, acheté la première année de mon mariage avec ta grand-mère. J’étais encore étudiant.» (p.31)
Il y a plusieurs de ces magisters qui l’accompagnent depuis toujours. Maître Eckhart, François Villon, Aurobindo, Teilhard de Chardin et bien d’autres. Il ne manque pas non plus de secouer certains de ses ouvrages : «Lélie ou la vie horizontale», «Thomas K» et «Kassauan». On retrouve là la fibre qui porte l’entreprise d’écriture riche et diversifiée de cet écrivain. Il se fait compagnon de Jean Désy qui s’attarde aux mêmes questions dans «Âme, foi et poésie». La réflexion d’un homme qui sent le besoin de regarder derrière lui pour mieux entreprendre le reste de la traversée.
«Propos pour Jakob » d’Alain Gagnon est publié à la Grenouille bleue.
Source : http://yvonpare.blogspot.com/

Rétrospective : En librairie… Propos pour Jacob, essai, Alain Gagnon

20 juillet 2011

Propos pour Jacob, essai (billet publié en février 2010)

LE LIVRE :

Alain Gagnon est un écrivain prolifique et un grand lecteur. Il a fréquenté assidûment romanciers, poètes, essayistes, mystiques et philosophes en provenance de toutes les civilisations.

Dans ces Propos, il s’adresse à son petit-fils Jacob. Il veut partager avec lui toutes ces richesses culturelles qu’il a accumulées. Il l’entretient sur les grandes interrogations humaines : la vie, la mort, le temps, l’origine de l’espèce humaine, son histoire mythique et sa destinée ; il élabore aussi sur la nature de Dieu et, surtout, sur la nature et le rôle des dieux. Tour à tour, il s’appuie, notamment, sur maître Eckhart, Hegel, Heidegger, Teilhard de Chardin, Aurobindo et l’empereur philosophe Marc-Aurèle à qui il voue un véritable culte.

Un extrait du prologue explicite l’intention de l’auteur : « À ma mort, je ne te laisserai rien ou si peu. Je serai pauvre. Par paresse, manque de discipline, insouciance et aptitude aux plaisirs, mes comptes en banque seront vides ou presque. Cet ouvrage te tiendra lieu de legs. Ne sois pas trop déçu. Je t’ai aimé comme personne, et j’espère me faire pardonner en t’offrant ce qui m’est le plus cher : sur quelques pages, ces intuitions puisées dans l’héritage commun et en moi-même, parfois. Si tu en tires quelque profit, je serai moins mort, et tu seras peut-être un peu plus vivant.

« Les chapitres qui suivent sont brefs. Je m’efforce aux phrases simples, qui ont des pieds et des mains, c’est-à-dire, je l’espère, utiles. »

Commentaires :

Dans cet ouvrage, l’auteur explique des réalités complexes qu’il rend accessibles à tous. Un véritable pédagogue nous prend par la main et nous fait pénétrer les arcanes de l’histoire connue et moins connue de l’humanité. De grands penseurs, comme Aurobindo, Teilhard de Chardin, Marc-Aurèle et autres… nous y sont présentés avec une simplicité complice.

L’AUTEUR :

Auteur prolifique, d’une forte originalité thématique et formelle, Alain Gagnon, ce marginal de nos lettres, a publié, au printemps 2009, son trente-quatrième ouvrage de fiction. À deux reprises, il a remporté le Prix fiction-roman du Salon du Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, soit en 1996 et en 1998 pour ses ouvrages Sud et Thomas K. Il a également remporté le Prix poésie du même Salon, en 2004, pour son recueil de poèmes Ces oiseaux de mémoire, en 2006, pour L’espace de la musique et, en 2009, pour Les versets du pluriel. En 1985, il avait déjà obtenu le Prix de la BCP pour Le gardien des glaces. Il a été le président fondateur de l’Association professionnelle des écrivains de la Sagamie (APES) et responsable du projet des collectifs Un Lac, un Fjord, 1, 2 et 3. Il déteste la rectitude politique et croit que la seule littérature valable est celle qui bouscule, dérange, modifie les paysages intérieurs – à la fois du créateur et des lecteurs.  Entre  novembre 2008 et décembre 2009, il a joué le rôle de directeur littéraire  et d’éditeur associé aux Éditions de la grenouille bleue, une nouvelle maison liée aux Éditions du CRAM, qui se consacre à la littérature québécoise.


Les Pâques du Dieu Inconnu

4 avril 2010

Joyeuses Pâques !

Je voudrais souhaiter Joyeuses Pâques à tous, en faisant référence au Dieu Inconnu.  Celui dont parle Paul de Tarse dans Gestes d’envoyés, 17, 22-25 (Bible Chouraki) : 22. « Debout, Paulos, au milieu de l’Aréopage, dit : « Hommes d’Athènes !  En tout, je vous vois comme les plus religieux.  23. Oui, en passant et considérant vos monuments religieux, j’ai trouvé même un autel sur lequel il était écrit : ‹ Au Dieu inconnu. ›  Celui que vous servez donc sans le connaître, celui-là, moi, je vous l’annonce. 24. Le Dieu qui a fait l’univers et tout ce qui s’y trouve, étant le maître du ciel et de la terre, n’habite pas les temples faits de mains d’hommes. 25. Les mains de l’homme ne le servent pas non plus, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous vie, haleine et tout. »

Ce Dieu domine les dieux.  Il ne souhaite ni esclavage ni sacrifices, et ne pousse les humains ni aux carnages et  ni au fanatisme.  Il est Celui qui, par la gravité spirituelle, rehausse les individus et les communautés .

 

JOYEUSES PÂQUES !


Maintenant en librairie… Propos pour Jacob, essai, Alain Gagnon

22 février 2010

Propos pour Jacob, essai

LE LIVRE :

Alain Gagnon est un écrivain prolifique et un grand lecteur. Il a fréquenté assidûment romanciers, poètes, essayistes, mystiques et philosophes en provenance de toutes les civilisations.

Dans ces Propos, il s’adresse à son petit-fils Jacob. Il veut partager avec lui toutes ces richesses culturelles qu’il a accumulées. Il l’entretient sur les grandes interrogations humaines : la vie, la mort, le temps, l’origine de l’espèce humaine, son histoire mythique et sa destinée ; il élabore aussi sur la nature de Dieu et, surtout, sur la nature et le rôle des dieux. Tour à tour, il s’appuie, notamment, sur maître Eckhart, Hegel, Heidegger, Teilhard de Chardin, Aurobindo et l’empereur philosophe Marc-Aurèle à qui il voue un véritable culte.

Un extrait du prologue explicite l’intention de l’auteur : « À ma mort, je ne te laisserai rien ou si peu. Je serai pauvre. Par paresse, manque de discipline, insouciance et aptitude aux plaisirs, mes comptes en banque seront vides ou presque. Cet ouvrage te tiendra lieu de legs. Ne sois pas trop déçu. Je t’ai aimé comme personne, et j’espère me faire pardonner en t’offrant ce qui m’est le plus cher : sur quelques pages, ces intuitions puisées dans l’héritage commun et en moi-même, parfois. Si tu en tires quelque profit, je serai moins mort, et tu seras peut-être un peu plus vivant.

« Les chapitres qui suivent sont brefs. Je m’efforce aux phrases simples, qui ont des pieds et des mains, c’est-à-dire, je l’espère, utiles. »

Commentaires :

Dans cet ouvrage, l’auteur explique des réalités complexes qu’il rend accessibles à tous. Un véritable pédagogue nous prend par la main et nous fait pénétrer les arcanes de l’histoire connue et moins connue de l’humanité. De grands penseurs, comme Aurobindo, Teilhard de Chardin, Marc-Aurèle et autres… nous y sont présentés avec une simplicité complice.

L’AUTEUR :

Auteur prolifique, d’une forte originalité thématique et formelle, Alain Gagnon, ce marginal de nos lettres, a publié, au printemps 2009, son trente-quatrième ouvrage de fiction. À deux reprises, il a remporté le Prix fiction-roman du Salon du Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, soit en 1996 et en 1998 pour ses ouvrages Sud et Thomas K. Il a également remporté le Prix poésie du même Salon, en 2004, pour son recueil de poèmes Ces oiseaux de mémoire, en 2006, pour L’espace de la musique et, en 2009, pour Les versets du pluriel. En 1985, il avait déjà obtenu le Prix de la BCP pour Le gardien des glaces. Il a été le président fondateur de l’Association professionnelle des écrivains de la Sagamie (APES) et responsable du projet des collectifs Un Lac, un Fjord, 1, 2 et 3. Il déteste la rectitude politique et croit que la seule littérature valable est celle qui bouscule, dérange, modifie les paysages intérieurs – à la fois du créateur et des lecteurs.  Entre  novembre 2008 et décembre 2009, il a joué le rôle de directeur littéraire  et d’éditeur associé aux Éditions de la grenouille bleue, une nouvelle maison liée aux Éditions du CRAM, qui se consacre à la littérature québécoise.


%d blogueueurs aiment cette page :