Les bouteilles… Un roman de Sophie Bouchard…

Une critique d’écrivain…

(J’insiste : je ne suis pas critique, je suis écrivain.  Mon amie Dominique Blondeau est écrivaine et critique, pas moi.  C’est donc en écrivain et en poète que j’aborde le roman de Sophie Bouchard, Les bouteilles. Alain Gagnon)

On me prête un amour de la mer.  On se trompe.  Ce n’est pas la mer que j’aime, ce sont ses abords, ses alentours.  Tous ces objets et lieux : baies,  alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québecphares, bouées, murets, quais, pontons, quenouilles, hérons, ilets, foin d’eau, scirpes, amers, balises, aboiteaux, marinas, parcs urbains d’où observer les marées et jusants… Les odeurs aussi : terres humides des rivages que les déferlantes submergent, iode des bruines d’octobre sur les rives loupevoises…  Et les sons : les oiseaux, bien sûr, mais aussi ces cornes à brume dans les nuits d’été qui bercent les rêves…  J’aime aussi les lieux isolés et clos : prisons, grottes, phares, plateformes pétrolières, camps perdus dans l’Arctique ou l’Antarctique….  Tous lieux humbles, sans grandiloquence.  Toutes ces affections ont fait que je me suis glissé avec volupté dans l’imaginaire (donc le roman) de Sophie Bouchard.

Quatre personnages actifs : le gardien-chef Cyril qui a un âge certain ; son adjoint Clovis, qui ne peut vivre loin de la mer mais souhaite débarrasser les phares des derniers humains pour les remplacer par la technologie ;   Frida, compagne malheureuse de Clovis qui a échoué  sur cette île artificielle par incident plus qu’autre chose, pour échapper au souvenir ; et Armand, père de Clovis, capitaine d’une humble embarcation qui sert de lien entre les isolés et le continent.  À ceux-ci, il faut ajouter deux personnages présents par le souvenir : Jasmin, l’amoureux mort tragiquement de Frida, et Rosée, ancienne coopérante et amante de Cyril qui s’est abandonnée elle-même en Afrique.

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Sophie Bouchard

Huis-clos, solitude à trois…  Tous les ingrédients sont là.  L’atmosphère !  Et quel style !  Rien d’inutile ni de contourné.  Je ne vous raconterai pas l’histoire.  Vous savez lire.  Faites comme moi, rendez-vous dans une bonne librairie (sont bonnes, celles qui vendent des livres…) et achetez Les bouteilles.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :