Marie-Claude Eguimendia, peintre…

En furetant sur la toile, on trouve son bien et de petits trésors de formes et de couleurs, telles ces œuvres de Marie-Claude Eguimendia…   Sensualité et émotion vibrantes, à fleur d’instant…  Je vous les offre avec plaisir.

La lettre d’amour…

Née le 27 Novembre 1956, Marie-Claude Eguimendia  est peintre autodidacte. La peinture lui permet d’exprimer la beauté de la nature dans ses moments de tranquillité et de saisir  l’émotion fugitive qui la fascine, dans les portraits.
Portraits et personnages baignent dans une atmosphère  symboliste.  Au cours des années, elle a exploré de nouvelles techniques en mélangeant des pigments purs avec de l’acrylique.  Puis, elle développa une esthétique nouvelle. L’inspiration du trait la guide vers une œuvre souvent figurative qui trouve son épanouissement dans la réalisation de nus et de scènes de la vie quotidienne.  Ses toiles sont travaillées à l’huile, par touches posées au couteau ; aussi travaillées à l’acrylique qui se révèle par des débordements, des coulures ou des transparences.  Elle est membre de l’Association Artistique des peintres Hendayais  — elle vit à Sainte Adèle dans Les Laurentides, au Canada.

La lectrice (1) 

Les joueurs

 

La rêveuse

Advertisements

3 Responses to Marie-Claude Eguimendia, peintre…

  1. reinhardt dit :

    Cette nuit je cherchais le site d’un ami philosophe (que j’ai trouvé) et comme toujours de liens en liens je découvre des choses (le coup de dés, le coup de dés encore and forever) Donc j’ai découvert, par le plus grand des coup de dés, des toiles dont je suis immédiatement tombé amoureux de la peintre M-C Eguimenda (j’espère que je ne massacre pas le nom, j’y vais de m, j’y pense je n’ai qu’à remonter la page, Eguimendia, voilà J’affectionne tout particulièrement La lectrice (2), je pourrais en dire long, un petit essai en vue p-ê? Faudrait que je vois l’original (vous devriez indiquer les dimensions et afficher pleine page; j’ai adoré aussi La lettre d’amour, la composition et la technique, toujours cette lumière diffuse, comme un écho lointain, qui hante vos toiles, une bonne représentation de ce que j’appelle (philos) le blanc, dans vos toiles je percois le blanc de la nuit, et oserais-je dire la lumière reinharcissiste plus que platonicienne, le blanc de la peinture La rêveuse aussi me plaît beaucoup et une toile où on voit deux jeunes femmes avec un parapluie, rouge, sous la pluie J’en aurais long à dire sur ces toiles, quelle belle découverte Puis-je me permettre une commande, Manon, nue, dans les glaciers, avec ce blanc, cette (lumière) Je suis également tombé sur une jeune peintre mais j’ai perdu le site Ses toiles me font penser à des vitraux, mais modernes, j’aurais un contrat pour elle au OP theater de San Diego Alors voilà, j’adore ces toiles (et l’ami que je cherchais c’était pour lui parler d’un essai, vieux de 20 ans, que je retouche et qui porte sur le parallélisme La Joconde et l’ego cogito cartésien Hasard ou coup de dés? Au revoir et n’oubliez pas, dimensions et pleine page

    J’aime

  2. Brunengo Hélène dit :

    Que j’aimerais avoir ce don si merveilleux! Faites-nous encore partager vos toiles à la fois réalistes et modernes. J’adore!
    J’ai particulièrement aimé la lectrice au fauteuil et les joueurs
    Merci pour ces moments partagés

    J’aime

  3. Dominique B. dit :

    j’adore tout ce que fait cette artiste-peintre. Sa série des Parapluies est superbe! Ses sujets sont réflexifs et ses couleurs, vibrantes…

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :