Rimbaud, Alain Gagnon…

Abécédaire sur Alice et quelques autres objets du devenir…

Rimbaud — Cette phrase magnifique de Borer sur Rimbaud : « Mais il avait un destin, il n’aurait pas pu faire carrière. »

Ce seul poème alchimique prouve la justesse du propos de Borer :

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Pour l’art pictural,Cézanne, Picasso Léger et autres nous affirmaient : une pomme, un visage, tout objet du monde familier, sont aussi, ou d’abord, des formes, des volumes. Par ce poème, en regard de la poésie, Rimbaud nous présente la valeur sonore intrinsèque des lettres qui constituent les mots de cette langue supposément connue de nous.  Métagraphie et métalangue.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :