Nelligan, par Alain Gagnon…

Abécédaire sur Alice et quelques autres objets du devenir…

Nelligan — Lorsque Nelligan a laissé sortir ce cri : Qu’est-ce que le spasme de vivre, il a donné l’ultime raison d’être, le sens fondamental de toute poésie autre que purement plasticienne.

 

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Nelligan

 

Les romanciers et les poètes, avancent certains critiques, valent souvent, pour la postérité, par une seule phrase, un seul vers, un seul paragraphe.  Vrai aussi   pour les musiciens : que de mélomanes se tapent Tristan et Iseult de Wagner pour vibrer enfin au Prélude à la mort d’Iseult. J’écoute souvent Schéhérazade de Rimski-Korsakov pour quelques mesures où l’ex-officier de la marine impériale russe permet aux vents des steppes de souffler la liberté modale des improvisations tziganes au cœur de l’harmonique occidentale.

http://maykan.wordpress.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :