Actuelles et inactuelles, par Alain Gagnon…

Décembre 2014chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

Écriture — Nous n’écrivons pas l’histoire du Rien. Parfois de l’inanité, je vous l’accorde. Souvent d’une recherche vraie, de ce qui hausse l’humain au-dessus des circonstances.

*

Écrite pour qui ? — Nous sommes la première société où l’humain idéal est l’humain moyen. Statistiquement évalué à des courbes normales et encensé par le discours public. S’en dégagent le culte de la prévention et un jeu de cache-cache avec l’inéluctable mortalité : boire peu, manger peu, courir, faire de l’exercice, assurer sa retraite, ses vieux jours, comme s’ils devaient s’étirer éternellement. Tout cela sous le sourire niveleur de la liturgie publicitaire. Sans exigences lourdes, nous vous conduirons au bonheur.

Je n’écris pas pour ces gens. Je n’écris ni pour les pauvres ni pour les riches. Mes poèmes demandent un effort — mot honni ! J’écris pour ceux ou celles qui ont le courage d’explorer ces marges chatoyantes où univers et conscience se rencontrent, se testent, s’apprennent, s’étudient, s’éprennent et s’étreignent parfois.

 *

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieDes ponts vers l’insignifiance — Je viens de voir à la télé la bouffonnerie ultime. Des ministres fédéraux et provinciaux se congratulent, s’encensent et s’égosillent sur ce fait extraordinaire : les contribuables vont payer 100 millions de dollars pour repeindre une infrastructure qui appartient à une entreprise privée — le Canadien National… Et le maire de notre capitale de se réjouir. Évidemment ! Moins que les actionnaires du CN, toutefois.

Toujours dans les ponts, l’ineffable ministre Lebel vient d’annoncer que le pont Champlain s’appellera… le pont Champlain ! Après des semaines de tiraillements inutiles. On a les leaders que l’on mérite, semble-t-il. Pauvres de nous !

 *

Distraction — Ce verbe, distraire. À l’origine, il signifiait séparer, démembrer. En finance, détourner une somme de la fin à laquelle on l’avait destinée. En terme nautique, perdre le cap, ne plus voguer vers le but fixé au départ. Donc, si je suis distrait, je me suis laissé disloquer, je me suis détourné (ou une cause externe m’a détourné) du travail auquel j’avais décidé de consacrer temps et énergie.

À la décharge de la distraction, il est honnête de souligner que sans elle, de nombreux sens, de nombreuses images nous auraient échappé – dont (et donc) la poésie même.

 

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon chat qui louche maykan alain gagnondu Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (Marcel Broquet).  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :