Don Quichotte de Cervantès, par Alain Gagnon…

Abécédaire sur Alice et quelques autres objets du devenir…

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Cervantès — « Comment ! Ce n’est donc qu’une    hôtellerie ? s’écria don Quichotte.

— Oui, et de très bonne réputation, répondit    l’hôtelier.

— En ce cas, reprit don Quichotte, j’ai vécu dans l’erreur.  En vérité, je croyais qu’il s’agissait d’un château, et non des plus mauvais. »

Ce fou qui révèle et relève.  Les prostituées et les maritornes deviennent gentes dames ; le gardien de porcs, un nain fabuleux qui, de son cor, annonce aux châtelains l’arrivée des chevaliers ; l’aubergiste fripon, un noble vieillissant qui l’adoubera avant qu’il n’occise tous ses clients ; une fille de ferme deviendra, bien malgré elle, la Dulcinée du Toboso…  Déraison et dérision.  Victoire du curé paillard et du barbier prudent.  Gros bon sens de Panza, ce père de famille ventru, promu du jour au lendemain écuyer.  Et pourtant…  Et pourtant, si l’hidalgo étique avait raison ?  S’il était le seul à avoir compris la réalité des êtres ?  Si chaque homme ou femme était par nature prince ou princesse ?  – ou appelé à le devenir ?  Si le chevalier à la Triste Figure avait existé pour rétablir les erreurs d’identité ?  S’il était le grand provocateur de la mémoire ?  L’oubli de notre nature et de notre destinée est la cause première de tous nos soucis ; il engendre la vanité et la peur qui obscurcissent les soleils.

Cervantès — Lorsqu’on ouvre l’œuvre de Cervantès, toutes les théories littéraires entrent au trou, mulots apeurés par un busard.  Structuralisme et sémiologie, sociocritique et psychocritique…  Toute lecture réductionniste est irrémédiablement bafouée ; toutes les recettes du savoir-écrire en douze leçons sont reconnues insuffisantes.  L’œuvre est.  Polysémique et ouverte.  Toujours vierge, telles les houris de l’islam.  D’ailleurs, tout comme la poésie et les livres sacrés, on doit lire Don Quichotte avec une grande pureté de cœur, comme si le roman n’avait jamais été lu – par soi-même ou par d’autres.

Il en est de même pour Moby Dick et Huckleberry Finn.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :