Alphabêta, un texte de Clémence Tombereau…

Alphabêta

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Hopper, Edward : Hotel Lobby, 1943

Alphabet :  n. m ; liste des lettres d’une langue dans un ordre précis, d’après l’alphabet grec dont les deux premières lettres étaient Alpha et Bêta.  Un autre ordre cependant eût été plus amusant et exotique, rappelant vaguement une chanson de Carlos ou d’Annie Cordy :  Bêtagamme, Thêtaiô, Êtathête, etc. Ex. :  Cela peut sembler un peu bêta, mais l’alphabet est le b.a.-ba d’une langue.

Arbitre :  n. m ; homme payé une fortune pour surveiller des sportifs et se faire insulter.  S’il est libre, c’est pire :  il peut nous faire faire n’importe quoi.  Ex. :  Il pleut, c’est ce connard d’arbitre encore.

Abruti, abrutie :  nom con ; n’a rien à voir avec un film de Sergio Leone, bien que l’abruti puisse être bon ou truand – il arrive que l’abruti creuse sa propre tombe.  Difficile à décrire, sachez que vous en croiserez beaucoup sur votre route (au travail, à la maison, en famille, à la piscine, au restaurant :  l’abruti se répand avec la grâce d’une fiente de pigeon sur le macadam), sous différentes formes, mais toujours caractérisés par une sidérante stupidité.  Il demeure une notion totalement subjective, dépendant du libre arbitre (cf., plus haut) de chacun.  Ex. :  Elle veut écrire un nouveau dictionnaire, c’est vraiment une abrutie.

Abscons :  adjectif ; se dit d’une chose, remarque, raisonnement, discours, qui vous donne un air absent et un peu con.  Ex. :  Quand tu parles, tout devient abscons.

Absurde :  adjectif ; peut résumer tout ce que vous venez de lire – vous comprendrez donc qu’un exemple serait superflu, mais bon :  l’ordre de ce début d’alphabet est complètement absurde.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge chat qui louche maykan alain gagnonDéclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.  Récemment, elle a publié Débandade (roman) aux Éditions Philippe Rey.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :