Le siège, un poème en prose de Luc Lavoie…

Le siège

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Ce texte en prose est inspiré d’une photographie de M. Steve Harrison.  Photographe et ami.

Asseyons-nous au grand damne du midi angélus

Le siège sied seul sur le sol

Fermons les yeux et baignons-nous de l’eau lumière sur les vastes océans prairies quand ceux-ci coulent et que la source aveuglant le jour de son éclair rejaillit sur les chemins destinés

Ces souffles qui se perdent dans les gerbes des blés sont telles les caresses chaudes du vent

Des bouquets de trilles à nos visages

Marchons du dedans au bien-être des éclats du repos où les fleurs parfois naissent de l’aride

Main dans la main réunis

Vers la plaine voile dans le lointain

Nos îles mortes illusions rejetées vers l’aube rescapée

Légers soyons pareils les feuilles filtrent les lueurs de la beauté aux grands arbres arches ployées au-dessus de nos pas

Ces longs bras comme le ressac ramènent les naufragés du ciel ici-bas

Aux dalles des passages d’espérance serpentent nos âmes frêles d’enfants innocents

Aux foulées décisives des grandes migrations aériennes du silence passager

Aux oiseaux glorieux des champs songeurs aux envols éclairés de fruits suaves et de ciel nu

Sentiers secrets empruntés en miroirs sur les flaques d’eau aux reflets de la geste des soleils en taches à vos pinceaux

Manet

Degas

Renoir

Cézanne

Monet

Nos sommeils lumineux des chemins prometteurs entre deux escales à la croisée des tableaux rêvés

Au départ des mouvements des bateaux qui portent à gué notre esprit qui s’égare encore un peu

Ailleurs

Là où l’envie à l’aventure enjambe le pont à l’autre rive

En vers… et contre tous

Débordants de visions dans la lumière nous renaîtrons à la traversée de la vie

Lorsque sied sur ce siège seul sur le sol nous entrouvrirons à nouveau les yeux

Conscients d’êtres libres enfin

Ou bien enchaînés à jamais

Luc Lavoie, Steve Harrison © Tout droits réservés 2014

 Notice biographique

Âgé de 47 ans, Luc Lavoie vit à Roberval.  Il a suivi une formation en graphisme au Collège de Rivière-du-Loup.  Il est présentement courtier en alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec alimentation. Auteur autodidacte, il écrit pour le plaisir depuis quinze ans.  Il privilégie la nouvelle fantastique, d’anticipation ou de science-fiction.

Il aime voyager à travers l’espace des mots et traverser avec eux le temps.  Il explore la page blanche – cette toile vierge de l’immensité –  comme un cosmonaute aux commandes de son clavier numérique, et qui s’est lancé, de son propre chef,  dans l’infini littéraire.

Son rêve ?  Être un jour remarqué et publié. Il prépare, à cette fin, un recueil de nouvelles.  Il envoie également des textes à des magazines spécialisés.

 

Advertisements

One Response to Le siège, un poème en prose de Luc Lavoie…

  1. website dit :

    website

    Le siège, un poème en prose de Luc Lavoie… | LE CHAT QUI LOUCHE 2

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :