Billet de Milan, par Clémence Tombereau…

Onirisme

Elle est en sommeil. Elle est en suspens. Elle est en immersion dans le vide nocturne. De même que ses paupières trahissent discrètement des songes équivoques, de chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québecmême un sourire ourle sa jeune bouche d’une indécente joie. Sous sa peau lunaire frissonnent d’étranges paysages, de vastes étendues où courent des chimères dans la brume dorée.
Elle est en sommeil. Ses lèvres entrouvertes sur des dents perlées exhalent des saveurs épicées, étrangères, qui ont certainement traversé le monde pour venir s’échouer sur ces rives lascives, caressées par le vent de son souffle léger.

Elle est en sommeil. Elle est en suspens. Elle flotte dans ses cheveux que la nuit la plus sombre jalouse sans dormir. Ils sont des vagues lourdes dévorant son visage. Ils foisonnent de mystères et de douceurs promises.

Elle est en sommeil. Ses mains sans le savoir esquissent quelques souvenirs de gestes éthérés, le bout de ses longs doigts détricotant les rêves.

Elle est en suspens, emprisonnée par les charmes inavoués de son inconscient, prise dans les méandres de ses désirs muets.

Elle est dans un pays où tu n’as pas de place. Endormie. Dans un monde où des ombres différentes de toi, idolâtres, lui font la cour sans fin, rampant à ses pieds qui les foulent avec tout le dédain du monde.

Elle est en sommeil. Et tu donnerais ton âme pour devenir Morphée.

 Cappuccina

chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, QuébecLa mousse sur ta bouche fond comme l’horizon. Sur tes lèvres la trace d’une douceur lactée se raconte sans fin des histoires de soif. Les gorgées sont caressées ; une forme de bonheur s’écoule. Dedans. Ça coule. Ça noie le reste. Submerge le présent.
Le savoureux parfum crépite au bout des sens. Le café fout le feu à l’asthénie latente, pousse la fatigue dans ses grottes retranchements. Il la noie. Il l’étouffe. Il l’écrase, la crible de coups : elle est méconnaissable. Elle pousse un drôle de cri qu’il bâillonne en riant.
Coule dedans. Va dans le sang. Transporte au bout des nerfs une vie colorée.
Drogue ? Si on veut, mais légale.
Tes yeux sont éclairés. Tu respires. Tu sens. Tu touches le spectacle du réel. Tu revis.
Dormir ? Plus tard, on verra.
L’heure est au cappucino.
L’heure est à un bonheur trouvé dans une tasse.
Chacun sa came.

Notice biographique

chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, QuébecClémence Tombereau est née  à Nîmes en 1978. Après des études de lettres classiques, elle a enseigné le français en lycée pendant cinq ans.  Elle vit actuellement à Milan, en Italie.  Finaliste du prix Hemingway en 2005, lauréate cette année du concours littéraire organisé par le blogue Vivre à Porto, elle a contribué à la revue littéraire Rouge-déclic (numéro2) et elle nourrit régulièrement un blogue que vous que vous auriez intérêt à visiter :http://clemencedumper.blogspot.com/  (Clémence Tombereau vient de publier aux Éditions du Chat Qui Louche Fragments, un recueil de billets que vous pouvez vous procurer en version numérique pour un prix plus que modique à l’adresse suivante : http://www.editionslechatquilouche.com/)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :