Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

Fugue sur ciel orange

Sa dernière soirée.  Il a laissé sa maîtresse en lui laissant entrevoir un futur à leur histoire.  Il a vu ses chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québecamis la veille, toujours en mimant cette normalité, cette routine qui ne laissait rien deviner de cette irrépressible soif qu’il avait de partir.  Il avait été sympathique comme toujours, un peu plus drôle que d’habitude peut-être, mais cela arrive, la routine parfois se tord en quelques excès inattendus.

Sa femme s’est endormie depuis longtemps, son cerveau tranquillement emmailloté par la douce chimie des somnifères qu’elle prend depuis des années.  Sur leur terrasse qui domine les toits parisiens, il savoure une cigarette en même temps que ce paysage qu’il aime, qu’il a du mal à quitter malgré tout.  Les immeubles, les fenêtres comme des yeux lumineux, témoins de ces vies semblables ou non à la sienne, ces yeux pleins de mystère puisque l’observateur n’arrive jamais à savoir ce qui s’y trame même s’il a l’occasion d’apercevoir une silhouette en train de se faire à manger, en train de parler avec une autre silhouette, d’étendre une machine, de téléphoner, de vivre.  Il espère, pris soudainement d’une empathie envers le monde entier, qu’à travers ces fenêtres les existences sont heureuses.  L’une d’elles s’éteint – il commence à être tard.  Les cheminées recrachent un peu de fumée dans l’air orange, à moins que ce ne soit une brume légère que l’automne offre enfin.  Il aime le ciel orange, car la nuit alors se prend pour un jour apocalyptique ; il y a quelque chose de surnaturel dans ce ciel orange de Paris, comme si la cité l’ensorcelait pour qu’il ne dorme pas.  La fraîcheur de l’air, associée à la frénésie du départ qu’il a dû refouler depuis plusieurs mois, plusieurs jours, le maintient éveillé.  Il fait mentalement défiler tous les éléments dans le ciel orange.  Les valises.  Les billets de train.  Les papiers d’identité jetés dans un coin impossible à trouver.  Sa coiffure.  Ses tenues.  Ses billets.

Notice biographiquechat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québec

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :