Bouquin #19 : « Novecento : pianiste (un monologue) », d’Alessandro Baricco

A l'horizon des mots

J’aimerais cette chronique simple et juste, pour rendre un parfait hommage au texte d’Alessandro Baricco ; pourtant, face à la feuille vierge, je me sens tout à coup désemparée comme une petite enfant. Les mots les plus grandioses et les plus belles des emphases ne suffiront surement pas, alors laissez-moi me rabattre sur une supposition surannée mais efficace : à l’aube d’un grand départ pour une île déserte, je ne mettrais que Novecento : pianiste dans ma valise. Parce qu’il est de ces textes que l’on souhaite relire comme une drogue. Et que le récit nous prouve, tant par sa sobriété que par sa morale, que des limites naissent l’art, la création et son infini.

View original post 223 autres mots

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :