Balbutiements chroniques, par Sophie Torris…

Chants de bataille…

Cher Vieux Matou,

Vos petits sont grands aujourd’hui.  Peut-être ont-ils quitté le camp de base.  Peut-être se sont-ils eux-mêmes engagés volontairement au sein chat qui louche maykan alain gagnon francophonied’une autre famille afin que vous puissiez tranquillement battre en retraite.  Pour ma part, je me suis enrôlée dans l’enfanterie il y a à peine dix-sept ans.  Vous comprendrez, le Chat, qu’il est encore bien trop tôt pour déserter.  Impossible de tirer au flanc.  Dans ma ligne de mère, j’ai inévitablement mes enfants en point de mire.  Je suis en zone occupée.

Vous conviendrez, capitaine, ô mon capitaine, que la responsabilité est carabinée puisqu’il est de mon devoir de mener mes troupes à la libération.  Or, la formation d’un bon petit soldat peut s’avérer pour ses parents un vrai parcours du combattant.  S’il s’agit de faire flèche de tout bois, les forces d’intervention éducatives sont assez diversifiées.  Il se trouve que ma propre légion étant étrangère (je suis la mère française d’enfants québécois), je peux profiter de deux forces alliées pour mettre sur pied mon propre gouvernement provisoire.  En effet, l’issue du combat n’est pas la même de part et d’autre de l’Atlantique.  Quand en France, les parents sont surtout soucieux de la réussite de leurs enfants, les parents québécois, eux, se soucient avant tout de leur bonheur.  L’offensive semble ferme d’un côté et sensible de l’autre.  Alors quelle est la meilleure campagne, selon vous, cher Chat, pour obtenir son bâton de maréchal ?

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieAu Québec, la nouvelle recrue est au centre des préoccupations.  La vigie parentale est au garde-à-vous.  On organise sa vie à bâtons rompus autour de l’aspirant jusqu’à parfois s’oublier soi-même.  L’enfant n’est jamais un boulet pour ses géniteurs même si d’autres en feraient volontiers de la chair à canon.  Nul besoin de signer d’armistice, on préfère éviter les conflits sans opposer de résistance.  On se contente d’élever quelques lignes Maginot sans agir véritablement, de crainte de brimer la créativité du troufion en herbe.

En France, c’est un tout autre chant de bataille.  L’implication parentale ne se mesurant pas à la précipitation, on s’évite rapidement les quarts de nuit en obligeant le nourrisson à attendre.  À deux mois, après s’être égosillé sans obtenir sa ration, il n’a donc d’autres choix que de se plier aux règles de l’armée de Taire.  On tire d’ailleurs volontiers à boulets rouges sur ceux qui n’apprennent pas rapidement la patience à leurs enfants.  La politesse est également un fer-de-lance et le petit Français sait pertinemment qu’une capitulation n’est possible qu’après un défilé en bonne et due forme de petits mots magiques : « bonjour, au revoir, s’il vous plaît, merci ».  Son homologue nord-américain, quant à lui, franc-tireur, fera irruption dans le frigo du voisin pour boire à même la pinte de lait, avant de prendre la poudre d’escampette sans piper mot et sans que personne ne l’ait dans le collimateur.

Et si en exemptant ce petit soldat de règles de politesse, on le privait de l’apprentissage de l’empathie ?  Quelqu’un lui a-t-il dit qu’il n’était pas seul au monde ?

En France, non seulement, on milite pour garder un certain pouvoir décisionnel sur les permissions à accorder, mais aussi pour une viechat qui louche maykan alain gagnon francophonie compartimentée.  Il y a un temps pour les grands et un temps pour les petits.  Quand, avant le barbecue, le commandant en chef prend l’apéro avec son épouse sur sa terrasse, les fantassins sont priés d’aller vivre leur vie ailleurs, attitude à la limite de la maltraitance au Québec où les parents ne conçoivent pas de cultiver leur jardin sans leur progéniture.  Et pourtant, ils finissent régulièrement tués par ballons sans sommation, l’apéro étanchant la soif du gazon.

En France, comme au Québec, on veut ce qu’il y a de mieux pour nos enfants afin qu’au moment de passer l’arme à gauche, nous soyons rassurés sur leurs moyens de survie, de défense et d’attaque.  Qui est plus susceptible de recevoir la médaille du mérite ?  Celui qui pense réussite, performance, encadrement ?  Ou celui qui pense tout simplement bonheur ?

Car voilà, « quand les talons claquent, l’esprit se vide », disait le maréchal Lyautey.  Trop de règles ne finissent-elles pas par nuire à l’autonomie ?  À lui imposer toutes ces grandes manœuvres, l’enfance ne perd-elle pas un peu de cette insouciance qui invite à la riposte ?  À la bombarder de nos attentes, ne risque-t-on pas plutôt de lui tailler des croupières ?

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieAlors, faut-il, à l’inverse, être partisan sans concessions de l’expression des enfants ?  À ne pas vouloir assumer le rôle du méchant ou de l’adversaire, à ne jamais les contraindre à la frustration, n’encourageons-nous pas la loi du moindre effort ?  En faisant fi de l’apprentissage de certains codes sociaux, ne contribuons-nous pas à l’individualisme ambiant ?

Pour chacun de mes flos*, je veux être une armée de mères.  Entre fermeté et sensibilité.  Ils sont jeunes, mes mercenaires, et je reste encore le théâtre de leurs opérations terrestres, mais quand vient le salut aux couleurs, c’est toujours le drapeau blanc que nous hissons.  Ensemble.

À la guerre comme à la guerre !

Sophie

* flo vient de l’anglais fellow.  Un flo est un enfant au Québec.

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieSophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis 15 ans. Elle vit à Chicoutimi où elle enseigne le théâtre dans les écoles primaires et l’enseignement des Arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire. Parallèlement à ses recherches doctorales sur l’écriture épistolaire, elle entretient avec l’auteur Jean-François Caron une correspondance sur le blogue In absentia à l’adresse : http://lescorrespondants.wordpress.com/.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan.wordpress.com/)

Advertisements

2 Responses to Balbutiements chroniques, par Sophie Torris…

  1. E dit :

    Un territoire bien occupé par une enfanterie pleine d’énergie. Nous leur apprenons la vie, mais eux-aussi nous l’apprennent à leur manière. Et heureusement, qu’ils sont là ! C’est tout un chamboulement lorsqu’ils partent de la maison, et qu’ils volent de leurs propres ailes. Nous sommes heureux de les voir vivre leur vie dans le bonheur. Les enfants restent toujours nos petits malgré leur âge !
    Merci à vous Sophie !

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :