Les balbutiements chroniques de Sophie Torris…

Point, à la ligne

Cher Chat,

Ce sera ma dernière chronique en ligne. Inutile de noyer le poisson plus longtemps. Il ne frétille plus.chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

J’ai un coup de bar et je préfère terminer en queue de poisson ce marathon plutôt que de finir par vous offrir une bouillabaisse de lieux communs.

La sole façon de vous quitter, n’est-elle pas de mettre le turbot et filer en pleine gloire ? Ainsi, vous garderez de moi le souvenir sans écailles d’une agitée du bocal, d’un poisson-clown insatiable.

J’ai été heureuse avec vous, Chat. Comme un poisson dans l’eau, comme une sardine dans l’huile. Vous m’avez tendu la perche et aidée à ramasser mes lignes. Petit poisson est devenu grand dans vos filets. C’est qu’il n’y a que vos mailles qui m’aillent.

Mais aujourd’hui, c’est assez. Je suis au fond de l’épuisette. Je me prends pour une moule. Certes, il n’est pané le poisson qui me rendra muette comme une carpe, mais je ne voudrais surtout pas devenir plate comme une raie. Je me replie.

Vous prenez la mouche, Chat ? Je vous entends déjà mouliner et m’engueuler comme du poisson pourri, me dire qu’il me faut remonter le courant pour frayer de nouveau : « Lotte et rebelotte ! Une carpe diem à la fois. Mords ! Hue ! »

Rien n’y fera. J’ai l’humeur marine. La vague alarme. Je pèche par paresse. Sirène en papillote, je perds mon sang-froid. J’arête. Ça sushi. Je donne ma lingue au chat. Et ne me faites pas vos yeux de merlan frits ou je vous fais les dents de la mère.

Ne remuez plus mes océans, je ne suis qu’un poisson d’eau douce.

Qu’un poison qui glousse…

C’était un leurre. Avez-vous mordu à l’hameçon ? Il n’y a que les chats pour gober les poissons d’avril. Je me marre comme une baleine.

chat qui louche maykan alain gagnon francophonie  Comment avez-vous pu penser que je pourrais vivre en apnée de vous ? Tirez sur la ligne de ma main, vous êtes au bout !

J’espère que vous me pardonnerez ce péché mignon, car il est écrit que nous allons nous faire un tas de plans d’eau douce ensemble avant que je ne devienne sandre.

Ai-je droit au repêchage ?

Sophie, votre waaaa ! nana qui niche* toujours à vos côtés

* La ouananiche est un saumon des lacs québécois

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieSophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis dix-sept  ans. Elle vit à Chicoutimi, y enseigne le théâtre dans les écoles et l’enseignement des arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire et mène actuellement des recherches doctorales sur l’impact de la voix de l’enfant acteur dans des productions visant à conscientiser l’adulte. Elle partage également une correspondance épistolaire avec l’écrivain Jean-François Caron sur le blogue In absentia. (http://lescorrespondants.wordpress.com)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :