Chronique musique, cinéma, télé… par Jean-François Tremblay…

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieNicole Atkins, télé-réalité et Adam’s Wall

Elle possède ce genre de voix dont la tessiture et le registre étendu font en sorte qu’elle peut chanter une vaste gamme d’émotions, et ce de manière touchante, vibrante.

Sur son deuxième disque en carrière, après de nombreux remous au fil des ans pour « se trouver », elle nous chante sa colère, ses déceptions, et ses insécurités. Et elle le fait magistralement.

Son nom est Nicole Atkins, et est originaire du New Jersey. Son plus récent disque, « Mondo Amore », est unchat qui louche maykan alain gagnon francophonie charmant petit objet. 40 minutes d’émotions pures, à vif. Un rock à la Janis Joplin, une voix qui fait penser à Mama Cass, des chansons originales, intemporelles, belles et sombres, dont les textes explorent des zones obscures de la sensibilité humaine.

Un disque remarquable, à mettre dans vos oreilles le plus tôt possible…

Pour combler un vide dans leur existence, pour éloigner (de manière plus ou moins consciente) le moment où ils devront affronter leur insécurité chronique, ou simple résultat d’une dépendance incontrôlée, ces gens accumulent des objets.

Des objets de toutes sortes, achetés sur le coup de l’impulsion, et qui reposent maintenant dans leur maison, sur le plancher du salon, de la chambre à coucher, de la cuisine, du sous-sol, ne laissant pratiquement aucune place pour la moindre qualité de vie des occupants de ladite maison.

Dans la série de télé-réalité « Désordre Émotif », présentée les mardis soirs à Canal Vie, vous verrez de ces gens qui mangent leurs émotions en achetant un peu n’importe quoi compulsivement, et qui font de leur maison un lieu d’entreposage qui pollue la vie des membres de leur entourage.

De voir ces habitations transformées en de réels capharnaüms, et d’être témoin de la vie misérable de ces gens, vous fera réaliser à quel point votre propre demeure est rangée en comparaison, et vous poussera peut-être à vous tourner vers votre conjoint (e) pour lui dire : « Tu vois? J’suis pas si pire que ça. J’suis peut-être un peu désordonné (e), mais comparé à ces gens, c’est rien… »

La comparaison favorable est malheureusement l’un des avantages de cette forme exécrable de télévision qu’est la télé-réalité…

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieLa modernité et ses promesses non réalisées ont laissé en vous un trou béant où se mêlent déception, désespoir face à l’avenir, confusion et d’incessants questionnements?

Ne cherchez plus, et lisez « Réussir son hypermodernité et sauver le reste de sa vie en 25 étapes faciles » de Nicolas Langelier.

Dans ce petit livre de 225 pages, à l’esprit ludique, mais rempli de vérités choquantes, Langelier donne des pistes pour trouver réponse à des questions telles que :

1)      Comment survivre à ce début de XXIe siècle, à ses impasses, ses mirages ?

2)      Que faire contre la peur continuelle de manquer quelque chose, de ne pas vivre assez fort ?

3)      Comment espérer devenir véritablement adulte, à une époque où tout contribue à vous maintenir dans une adolescence prolongée?

Ce guide de vie s’adresse majoritairement aux jeunes montréalais dans la trentaine, « hipsters » et autres, qui vivent à cent milles à l’heure sur les réseaux sociaux et qui, surtout, se sentent perdus. Ceci dit, l’auteur touche à un grand nombre de sujets auxquels tout le monde peut s’identifier, peu importe le sexe, l’âge, la provenance, la situation économique ou le rang social.

Une lecture rapide (et des plus agréables) qui vous amènera à réfléchir longuement sur votre propre comportement, et qui vous fera également sourire de la première à la dernière page.

Suite aux propos rétrogrades et condescendants — comme toujours — tenus récemment, sur la place publique, par un homme chargé d’une chat qui louche maykan alain gagnon francophoniemission divine (à l’instar des Blues Brothers) et dont le nom se retrouve malheureusement dans le mien, j’ai envie de vous inviter à jeter un œil sur un film qui est peut-être passé inaperçu, Adam’s Wall, sorti en salles en 2008.

Tourné (et se déroulant) à Montréal, le film raconte l’histoire d’Adam, jeune clarinettiste juif qui tombe amoureux de Yasmine, une étudiante d’origine libanaise. Leur histoire d’amour se développera tout en douceur devant nos yeux, dans de jolis moments empreints de poésie et de subtilité, alors que leurs familles sont en guerre. Un genre de Roméo et Juliette québécois, donc, qui tient compte des réalités bien présentes dans notre société, et qui fait voir la métropole québécoise d’un autre œil. Tous les acteurs ne sont pas à la hauteur, mais les dialogues sont intéressants, et les deux acteurs principaux, que je ne connaissais pas, sont superbes dans leur rôle.

Un film pour les personnes ouvertes aux réalités qui nous entourent, et qui pourrait apprendre une chose ou deux à celles qui perpétuent (et s’accrochent à) une pensée duplessiste et qui font preuve, par leurs propos passéistes, d’une ignorance crasse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :